Nouvelles RSS des sites web
Semaine Réduction Déchets
Actualités - Pages récentes

logo_50.jpg




Site bientôt en travaux
consulter la page Fb
pour les sorties de l'été

voir aussi l'agenda




Inscription au chantier 
balsamine du 20-06

Retour sur le chantier 

Les oiseaux des arbres creux

Paysages et géologie

Chantiers invasives

Pass'Livres à Montreuil
livres-gratuitsDSCN8117-165.jpg

Les plantes des remparts de Montreuil

Les têtards à Torcy

Les têtards près de chez moi

Vivez la grande marée

Assemblée Générale

Formatif Amphibiens
le 17 février

Charlie Hebdo
Cabubandeau155.jpg

Programme 2015

Formatif

Construction et installation 
d'un refuge à insectes

Demande au Préfet de suspension de la chasse

Cadeau de Noël pour
... les oies...

Expo la haie au fil des saisons
Projection gratuite
La magie des haies
Médiathèque Berck
26 nov  à 15h

Arbres et haies des Bas-Champs

Expo 
la haie au fil des saisons


Rando du 25 octobre
Retour sur la sortie
Baies d'automne

Retour sur la journée 
Grandes Marées

Retour sur la journée mycologique

Ferme d'Hilbert
non au sacrifice du verger bio !
retour sur la porte-ouverte du 28 sept


eglantierbandeau160.jpg

Journée grandes marées

Journée mycologique

Sortie sur inscription 
le 13 sept

Randonnée le 6 sept



La  Cour d'Appel de Douai
a accordé au gdeam-62
l'agrément départemental



Pour les sorties, pensez...

Programme d'été 2014

GDEAM_EdT_2juillet165.jpg

Phoques et dunes
phoque_gris_femelle-165.jpg





chantier Berce

le 24 mai à Blangy sur Ternoise
affiche-a3-fdn2014-okbandeau165.jpg

berce-echo-du-touquet-14-05-2014-165.jpg


La migration des oiseaux

barges-rousses-courlis_PB165.jpg


livres-gratuitsDSCN8117-165.jpg





couverture2014-100.jpg

haveneaux

Tir de blaireaux de nuit
participation du GDEAM-62 à la consultation

Les oiseaux du jardin en hiver
retour sur l'après midi
du 7 déc


SERD
Revue de presse

Troc'Livres à Montreuil


Troc'Livres à Hucqueliers

Des livres pour les voyageurs

Des livres pour les Restos d'Etaples




 SCOT du Montreuillois





Petite revue de presse
sur les phoques

ce-13-08-201-phoques-160.jpg




Programme de l'été 2013...
depliant_ete_couv-80.jpg
Février mars 2013
Reportages photo

Le plastique sur le littoral

Plage de Dannes
L'enfer du plastique en laisses de mer...

Laisses de mer



Pollution lumineuse
arrêté du 25 janvier 2013

Retour sur le maïs Monsanto NK603


Participez au projet bénévole  en ligne
 nuage-mots+++++gdeam160.jpg

justice-balance-120.jpg
Permis de construire en forêt , au Touquet
vdn-30-01-2013-165.jpg

justice-balance-120.jpg
 La Cour de Cassation donne raison au GDEAM
rejet des pourvois de la commune du Touquet

Communiqué de presse du 18-01-2013

justice-balance-120.jpg
Le Touquet
 Pierre et Vacances
25 ans après...

canard-23-01-2013-pvacances-165.jpg


Empreinte écologique
Visites

 1448510 visiteurs

 14 visiteurs en ligne

Chasse - 2011 : Communiqué du GDEAM du 15 février

Les écologistes répliquent aux chasseurs grassement subventionnés

Toujours à l’affût d’une occasion d’attirer des esprits égarés dans sa croisade anti-écologie, le président des chasseurs de la baie de Canche Claude Baillet s’indignait dans la Voix du Nord du 26 janvier 2011 des « grasses subventions » dont bénéficieraient les écologistes. Les écologistes montreuillois s’étonnent en retour qu’un personnage si soucieux de l’usage des deniers publics n’aille pas au bout de son raisonnement en dénonçant les chasseurs grassement subventionnés qui se sont vus octroyer récemment près de 500.000 euros par le Conseil Régional, le Conseil Général, le Ministère de l’Ecologie et les élus de plusieurs communes du Calaisis pour déplacer 13 huttes illégales dans la réserve naturelle du Platier d’Oye, pour le seul bénéfice d’une poignées de chasseurs locaux.

Nous pourrions aussi évoquer le financement des fédérations de chasse et l’astucieux système de captation des taxes et contributions générées par leur loisir, mis en place par les instances de la chasse avec la complicité de politiciens qui ne savent rien refuser à cette exigeante clientèle. Cette manne financière, qui s’apparente à une subvention qui ne veut pas dire son nom, a été évaluée à 100 millions d’euros par an il y a quelques années[1]. Elle permet à de nombreuses fédérations départementales de s’attribuer des locaux luxueux et un personnel pléthorique avec lesquels très peu d’associations écologistes peuvent rivaliser à ce niveau. Depuis le 4 mars 2010, elle permet aussi aux fédérations de chasse adoubées par messieurs Borloo et Chatel, alors ministres de l’Ecologie et de l’Education, d’investir les établissements scolaires, nouvelles terres de mission où les représentants des chasseurs espèrent recruter nos enfants pour leurs futures troupes sous couvert d’éducation à l’environnement. Nous pourrions encore nous étendre sur l’étrange conception de la liberté d’association et de conscience qui fait de chaque chasseur un adhérent obligatoire de fédérations départementales en situation de monopole absolu… Il y a encore beaucoup à dire sur le sujet, nous ne l’épuiserons pas aujourd’hui.

Une solution pour calmer l’ire du président Baillet serait que, à l’instar du système qui assure la prospérité de la chasse à la française, chaque usager de la nature acquitte de la même manière une cotisation obligatoire aux fédérations régionales de protection de la nature, assortie de taxes diverses. Les écologistes pourraient ainsi se passer de ces subventions qui leur sont régulièrement reprochées par tant de corporations dont le lobbying effréné auprès des élus leur garantit de pouvoir bénéficier aussi des libéralités de l’Etat sous tant de formes diverses et variées.

On peut d’ailleurs s’étonner que, pour dénoncer les subventions des écologistes, M. Baillet choisisse de s’afficher avec des motards de l’Enduropale. Cette épreuve n’est-elle pas elle-même grassement subventionnée par le Conseil Général et les contribuables touquettois (350.000 euros à la charge de ces derniers selon la presse locale) ? En homme de traditions, M. Baillet trouve très légitime que l’on ampute le budget de l’Etat ou des collectivités pour contribuer à la prospérité de son clan ou de ceux qu’il espère lui rallier, beaucoup moins lorsqu’il s’agit d’aider ceux qui ne partagent pas ses convictions. Ce serait vraiment trop dommage de priver le « gibier » du spectacle bucolique et du raffut généré par les motos de l’Enduropale et les entraînements illégaux dans les dunes le reste de l’année. A l’évidence, le président des chasseurs de la baie de Canche ne chasse pas que le gibier d’eau.



[1] pour en savoir plus sur la face cachée de la chasse à la française : Hélène Constanty : «  Le lobby de la gâchette », Editions du Seuil/L’Epreuve des Faits, 2002.

chasseurs_d'Etaples_et_ecologistes,_VdN_26.1.2011_mini.jpg

Voix_du_Nord_27.02.2011_300.jpg

Note : envoyé le 15 février 2011 à La Voix du Nord et Les Echos du Touquet


Date de création : 15/02/2011 @ 18:27
Dernière modification : 05/07/2011 @ 18:06
Catégorie : Chasse
Page lue 804 fois


Prévisualiser la page Prévisualiser la page     Imprimer la page Imprimer la page

 
Réactions à cet article


Réaction n°8 

par annakrekka le 20/02/2011 @ 23:21

et comme je suis en forme ce soir , j'en rajoute un peu.

Voici donc ce que voudrait détruire ce président et réduire au silence, des associations regroupant des femmes et des hommes de convictions mettant en commun leurs compétences dont chacun s'accorde à reconnaître depuis toujours la défense de l'intérêt général.

Une vision binaire qui amalgame défense de l'environnement et anti-chasse alors que la pratique de cette activité ne saura durablement persister qu'à l'intérieur de préoccupations communes d'un environnement préservé au mieux dans une région Nord Pas de Calais qui compte trois fois plus d'habitants au km² que la moyenne nationale où les migrations de populations se réalisent sur la frange littorale ici comme ailleurs en France.

La défense de l'environnement passe par des chemins variés. Ces préoccupations et les différentes interventions ne sont pas provoquer de levées de boucliers, tantôt pour la qualité des eaux, tantôt pour l'urbanisme etc.

Bien évidemment les inerties sont considérables et les lobbys s'activent recrutant des alliés de circonstance ! Mais au final, chaque m² dégradé quand on peut faire autrement ou urbanisé en infraction à la réglementation, chaque m3 d'eau dégradée, ce sont des espaces et des espèces en moins qu'on soit chasseur, pêcheur, promeneur, naturaliste ou ornithologue.

A chaque fois que les chasseurs sont interpellés par des lobbys divers pour soutenir des actions visant à contrecarrer celles des associations de protection de l'environnement , prennent-ils conscience qu'il s'agit du mariage de la carpe et du lapin ?

Prennent-ils conscience de leur soutien à des lobbys qui finalement seront source d'exclusion de leurs pratiques ?


Quand ce président aura terminé les re-relecture des ouvrage du Docteur Rocher et de Guillaume Vasse très prisés dans le milieu cynégétique, sans doute serait-il judicieux dans l'intérêt des pratiquants qu'il est censé représenter de se mettre enfin à celle de la servitude volontaire de la Boétie...



Réaction n°7 

par annakrekka le 20/02/2011 @ 23:19

suite et fin

quand la pratique de la chasse de nuit impose en contre partie l'obligation déclinée par l'article L424-5 du code de l'environnement de l'entretien des plans d'eau et des parcelles attenantes de marais et de prairies humides sur lesquels la chasse du gibier d'eau est pratiquée sur ce poste !

Sans doute faut-il rappeler à ce président le courroux fin novembre début décembre ou vers le 20 décembre 2010 de chasseurs et non chasseurs scandalisés par des «  tableaux de chasse » de plusieurs dizaines de canards , des dizaines d' oiseaux migrateurs transfrontaliers tués au cours d'une seule nuit dans certaines huttes ? Des pratiques qui trouvèrent échos dans la presse nationale .


Faut-il rappeler le rôle des associations de protection de l'environnement sur des sujets comme les pollutions touchant les milieux mais également la santé . Des femmes et des hommes défendant avec conviction des positions documentées sans lesquelles les prises de conscience et les décisions seraient éternellement

repoussées face aux lobbys concernés au gré des problèmes rencontrés . Qui en douterait ?

Ce président évoque la pollution de la baie de Canche, quelles furent ces actions dans ce domaine ? Quelles furent les actions des chasseurs et de leur budget pharaonique généré par l'obligation d'adhésion à une association départementale sans évoquer celui des locations pour la plupart occultes échappant au FISC comme des nuits de hutte à plusieurs milliers d'euros rien que pour une seule nuit par semaine, et çà voudrait faire la morale ! C'est l'hôpital qui se moque de la charité...


Voici donc ce que voudrait détruire ce président et réduire au silence, des associations regroupant des femmes et des hommes de convictions mettant en commun leurs compétences dont chacun s'accorde à reconnaître depuis toujours la défense de l'intérêt général.

Une vision binaire qui amalgame défense de l'environnement et anti-chasse alors que la pratique de cette activité ne saura durablement persister qu'à l'intérieur de préoccupations communes d'un environnement préservé au mieux dans une région Nord Pas de Calais qui compte trois fois plus d'habitants au km² que la moyenne nationale où les migrations de populations se réalisent sur la frange littorale ici comme ailleurs en France.

La défense de l'environnement passe par des chemins variés. Ces préoccupations et les différentes interventions ne sont pas provoquer de levées de boucliers, tantôt pour la qualité des eaux, tantôt pour l'urbanisme etc.

Bien évidemment les inerties sont considérables et les lobbys s'activent recrutant des alliés de circonstance ! Mais au final, chaque m² dégradé quand on peut faire autrement ou urbanisé en infraction à la réglementation, chaque m3 d'eau dégradée, ce sont des espaces et des espèces en moins qu'on soit chasseur, pêcheur, promeneur, naturaliste ou ornithologue.

A chaque fois que les chasseurs sont interpellés par des lobbys divers pour soutenir des actions visant à contrecarrer celles des associations de protection de l'environnement , prennent-ils conscience qu'il s'agit du mariage de la carpe et du lapin ?

Prennent-ils conscience de leur soutien à des lobbys qui finalement seront source d'exclusion de leurs pratiques ?


Quand ce président aura terminé les re-relecture des ouvrage du Docteur Rocher et de Guillaume Vasse très prisés dans le milieu cynégétique, sans doute serait-il judicieux dans l'intérêt des pratiquants qu'il est censé représenter de se mettre enfin à celle de la servitude volontaire de la Boétie...


Réaction n°6 

par annakrekka le 20/02/2011 @ 23:17

suite

Tout d'abord, s'opposer au financement partiel d'une action de sensibilisation, d'une étude, d'un inventaire ou d'un atlas c'est avant tout priver de connaissances les générations futures. Est-ce une voie que de préférer l'ignorance au savoir et à l'éducation ?

C'est aussi priver de repères auxquels participent ces associations sur l'efficacité des politiques publiques mises en œuvre. Les budgets alloués peuvent-ils ignorer l'efficience ?


La maitrise des contraintes budgétaires des ministères, de leur représentation locale, des diverses assemblées élues peuvent-elles se passer de la participation de données acquises par des milliers de bénévoles de compétences tout aussi variées qu'incontestables parfois rares ? Combien coûterait réellement la réalisation d'un inventaire ou d'un atlas nécessitant des qualifications certaines et combien coûterait 10 ou 100 atlas nécessitant autant de qualifications différentes ? Combien coûterait l'animation des actions de sensibilisation et de découverte nature s'il fallait professionnaliser l'ensemble des intervenants ? Avec quel budget ?


Quant aux arguties sur la seule présence passée des chasseurs dans cette baie ! C'est à tout le moins la négation de l'histoire locale ou de l'histoire tout court pour celui qui se voudrait le gardien du temple des traditions dont la définition semble lui échapper.


Personne n'ignore que la baie de Canche fut de temps immémoriaux le théâtre d'activités multiples de celles qui ne devaient rien aux loisirs...

Les sceau et contre-sceau de la ville d'Etaples portaient déjà au XIII e siècle 3 coquilles de hénon d'argent. Ce coquillage, dorénavant symbolique permit des siècles durant aux familles les plus démunies d'améliorer un ordinaire dont on peine à comprendre la réalité aujourd'hui. Le livre d'Henri Leprêtre, marin-pêcheur au temps des voiliers paru en 1984 relate encore cette pratique courante au début du XX e siècle.


Concernant les activités récréatives dont relève la chasse, sans doute est-il judicieux de cultiver cet émérite historien en lui apprenant que le cercle nautique du Touquet a vu le jour en ... 1934 !


Sans doute conviendrait-il de demander à cet impénitent défenseur de la baie de Canche ce qu'il faisait au début des années 70 quand ceux contre lesquels ils vocifèrent aujourd'hui furent des instigateurs avisés d'une lutte qui sauva cette baie d'un projet dont beaucoup se souviennent, calamiteux pour la biodiversité, les emplois induits pour la pêche, aujourd'hui le tourisme, le cadre de vie quotidien et ...la chasse en définitive puisqu'elle s'y pratique toujours.

Sans doute eut-il préféré que ces lanceurs d'alerte n'existèrent pas... Sauf amnésie, les particularismes et les rôles respectifs ne doivent pas pour autant ignorer cette situation en exacerbant des propos d'une retenue de circonstance.

Des chasseurs se posant en garant de la biodiversité grâce à leurs actions ?

Sans doute convient-il de dépasser les habituels clivages en la matière et reconnaître certaines pratiques d'aménagement concourant à son maintien. De là à se poser en sentinelle incontournable, il y a un pas ! En quoi concourraient-ils davantage que le volontariat du jardinier , de l'agriculteur ayant maintenu ses haies, quelques fruitiers, de communes renonçant aux produits phytosanitaires sur leurs espaces verts, de particuliers pratiquant le compostage etc...


Au nom de quoi ces chasseurs bénéficieraient-ils d'un régime particulier de représentation ou de reconnaissance


Réaction n°5 

par annakrekka le 20/02/2011 @ 23:13

 Bonjour,


C'est un article très intéressant à bien des égards . Il ne manque plus que la Chevauchée des Walkyries en fond sonore !


Qu'en est-il en vérité avec cette calomnieuse campagne orchestrée depuis quelques temps sur les ressources des milieux associatifs de protection et défense de l'environnement ?

Une simple question de financement où l'argent du contribuable serait gâché ? Certainement pas ! Il s'agit de rhétorique populiste, voire totalitaire de mon point de vue, où la culture des divergences du domaine environnemental l'emporte sur celles des convergences pour servir les intérêts particuliers au détriment de l'intérêt général. A qui profite le crime pourrions-nous titrer !

Ces positions dépassent très largement celles de la chasse sur la protection de l'environnement et méritent une attention particulière au regard des finalités recherchées.


Bien au delà, elles remettent tout d'abord en question un acquis républicain vieux de plus d'un siècle décliné au titre de la loi sur les associations dite loi 1901 par laquelle deux ou plusieurs personnes peuvent mettre en commun d'une façon permanente, leurs connaissances ou leur activité dans un but autre que de partager des bénéfices et dont les moyens légaux de fonctionnement sont parmi d'autres les cotisations des membres, les subventions de l'état ou des collectivités territoriales. Ce même acquis assurant au monde associatif sous toutes ces facettes un important rôle social jamais démenti depuis garant de plus d'un million et demi d'emplois aujourd'hui.

Quant au financement des associations de protection et de défense de l'environnement un récent rapport de l'assemblée nationale sur les modes de financement et de gouvernance des associations de protection de la nature et de l’environnement souligne justement la totale transparence et une volonté affichée sans équivoque de s'inscrire dans cette voie. Ce même rapport reconnaissant leur rôle social, d'acteur reconnu et de compétence dans ce domaine légitimé au quotidien par l'opinion publique puisque de 83% du panel interrogé a foi dans l'action associative pour protéger la biodiversité. Que faut-il de plus encore ?


Au delà également, ces positions contestent la légitimité de ministères, la compétence des personnels mais aussi d' élus désignés démocratiquement votant des financements, toujours partiels, pour la réalisation d'actions, de travaux ou de services dans un cadre octroyé par les compétences des diverses assemblées et leurs budgets approuvés à la majorité pour répondre aux exigences des politiques publiques mises en œuvre .



La rhétorique tenue par cette catégorie de chasseurs uniquement motivés par la culture d'un rejet viscéral des directives oiseaux et habitats, toujours prêts à se vendre au plus offrant, ne masque pas la finalité réelle, la disparition de ces associations de protection contraintes parfois parce qu'il n'y a pas d'autres alternatives face au refus de dialogue , d'assumer le rôle d'un juge de paix pour le respect de lois nationales ou européennes auxquelles les intérêts concernés tentent d'échapper au gré des déclinaisons successives pour s'installer dans des zones de non droit administratif.


Je soulignerai la stupidité de cette position où beaucoup trop, victimes de manipulations, n'ont pas appréhendé la réalité des enjeux.

Réaction n°4 

par terronaute1 le 20/02/2011 @ 20:46

le terme chasseur n'a rien d'emblée de mauvais ou de bon, c'est comment  s'en est-il de facteur au global durablement pour gente humaine selon sciences qui lui en naissent dures dures de tous ses appareils d'existence : son humain et conséquents et navette spatiale terre!

De bon heur, bons heurts pour gente humaine de générétions en générétions perpétuellement ou non tôt tard

C'est pourquoi je ne me refuse pas d'être un chasseur et pour cela c'est comme pour tout chez l'humain lui faut-il s'être de tel quotient monté pour se pouvoir s'en être de pleins pouvoirs....

Voyez en les métaphores des lois des  sac et  amarre. Dures dures énoncés lois de sciences dures à se faire durablement, éternellement sciences vitales. Qui ne donnent à espérer au final en tout tôt ou tard qu'en ce qui ne s'y demeurera en eux de facteur de sciences molles.

Voyez qui se raccroche à l'idée qu'une félicité l'attendant au ciel ou que quoi que nous fassions t'y bouffes t'y bouffes pas t'y crèves quand même .....alors mangeons buvons chassons car demain nous mourrons après nous le déluge........allez vous pouvoir penser que tels humains se pourront pleinement s'être nous être de bonne reliance écologiste. corrigez ce qui se doit Merci


Réaction n°3 

par Herisson_mignon le 18/02/2011 @ 12:06

Très juste cet article ! Clair et concis, il nous éclaire sur ces pratiques honteuses !
Bravo le GDEAM.







Réaction n°2 

par mogwai le 17/02/2011 @ 17:34

Bien vu, Turdus !
S'il y a encore des huttes en baie de Canche aujourd'hui plutôt qu'un plan d'eau de loisirs derrière un barrage, c'est aussi grâce à la mobilisation de nos écologistes montreuillois qui ont fait barrage au barrage.
Ce monsieur Baillet ajoute le révisionnisme à la mauvaise foi.
Ca doit quand même être un crève-coeur pour le GEDEAM de voir que des oiseaux continuent de se faire abattre en baie de canche alors que s'ils n'avaient rien fait à l'époque, il n'y aurait plus d'oiseaux donc plus de chasseurs.


Réaction n°1 

par Turdus le 16/02/2011 @ 16:25

Alors comme ça il y a trente ans personne ne s'interessait à cette baie boueuse, peut être que je n'y étais pas encore mais j'ai du mal lire l'historique du GDEAM !!!!!

 


 
Recherche




Agenda sorties actualité...

L'association
+ 1 Présentation
+ 2 Contacter l'association
+ 3 Devenir membre
+ 4 Publications, brochures...
+ 5 Services aux adhérents
+ 6 Rapports antérieurs
+ 7 Rapports 2007 AG 2008
+ 8 Rapports statutaires 2008
+ 9 Rapports statutaires 2009
+ Ils soutiennent le GDEAM
+ Archives presse
Boîte à outils Protection
Thématiques
+ Activités bénévoles
+ Actualités archivées
+ Animations-Chantiers
+ Animations-Scolaires
+ Animations-Sorties
+ Atlas des coccinelles
+ Atlas des papillons de nuit
 -  Chasse
+ Côte
+ Déchets-décharges
+ Etudes
+ Expo Arbres remarquables
+ Expo papillons de nuit
+ Faune
+ Flore-Végétation
+ Fonge
+ Haies
+ Hommages
+ Inondations
+ Jardin : bonnes pratiques
+ Juridique
+ Manifestations
+ OGM
+ PLU
+ Paysages - Sites
+ Pesticides
+ Plastique
+ Pollution lumineuse
+ Protection
+ Réserve Naturelle de BdC
+ Stages
+ Travailler dans l'environnement
Enquêtes publiques
Chardons de l'environnement
Webmaster - Infos
Ecrire à GDEAM-62  Webmestre
Ajouter aux favoris  Favoris
Recommander ce site à un ami  Recommander
Version mobile   Version mobile

  pied-page-canche.jpg

GuppY - http://www.freeguppy.org/    Site créé avec GuppY v4.5.18 © 2004-2005 - Licence Libre CeCILL

Document généré en 0.56 seconde