Nouvelles RSS des sites web
Semaine Réduction Déchets
Actualités - Pages récentes

logo_50.jpg




Site bientôt en travaux
consulter la page Fb
pour les sorties de l'été

voir aussi l'agenda




Inscription au chantier 
balsamine du 20-06

Retour sur le chantier 

Les oiseaux des arbres creux

Paysages et géologie

Chantiers invasives

Pass'Livres à Montreuil
livres-gratuitsDSCN8117-165.jpg

Les plantes des remparts de Montreuil

Les têtards à Torcy

Les têtards près de chez moi

Vivez la grande marée

Assemblée Générale

Formatif Amphibiens
le 17 février

Charlie Hebdo
Cabubandeau155.jpg

Programme 2015

Formatif

Construction et installation 
d'un refuge à insectes

Demande au Préfet de suspension de la chasse

Cadeau de Noël pour
... les oies...

Expo la haie au fil des saisons
Projection gratuite
La magie des haies
Médiathèque Berck
26 nov  à 15h

Arbres et haies des Bas-Champs

Expo 
la haie au fil des saisons


Rando du 25 octobre
Retour sur la sortie
Baies d'automne

Retour sur la journée 
Grandes Marées

Retour sur la journée mycologique

Ferme d'Hilbert
non au sacrifice du verger bio !
retour sur la porte-ouverte du 28 sept


eglantierbandeau160.jpg

Journée grandes marées

Journée mycologique

Sortie sur inscription 
le 13 sept

Randonnée le 6 sept



La  Cour d'Appel de Douai
a accordé au gdeam-62
l'agrément départemental



Pour les sorties, pensez...

Programme d'été 2014

GDEAM_EdT_2juillet165.jpg

Phoques et dunes
phoque_gris_femelle-165.jpg





chantier Berce

le 24 mai à Blangy sur Ternoise
affiche-a3-fdn2014-okbandeau165.jpg

berce-echo-du-touquet-14-05-2014-165.jpg


La migration des oiseaux

barges-rousses-courlis_PB165.jpg


livres-gratuitsDSCN8117-165.jpg





couverture2014-100.jpg

haveneaux

Tir de blaireaux de nuit
participation du GDEAM-62 à la consultation

Les oiseaux du jardin en hiver
retour sur l'après midi
du 7 déc


SERD
Revue de presse

Troc'Livres à Montreuil


Troc'Livres à Hucqueliers

Des livres pour les voyageurs

Des livres pour les Restos d'Etaples




 SCOT du Montreuillois





Petite revue de presse
sur les phoques

ce-13-08-201-phoques-160.jpg




Programme de l'été 2013...
depliant_ete_couv-80.jpg
Février mars 2013
Reportages photo

Le plastique sur le littoral

Plage de Dannes
L'enfer du plastique en laisses de mer...

Laisses de mer



Pollution lumineuse
arrêté du 25 janvier 2013

Retour sur le maïs Monsanto NK603


Participez au projet bénévole  en ligne
 nuage-mots+++++gdeam160.jpg

justice-balance-120.jpg
Permis de construire en forêt , au Touquet
vdn-30-01-2013-165.jpg

justice-balance-120.jpg
 La Cour de Cassation donne raison au GDEAM
rejet des pourvois de la commune du Touquet

Communiqué de presse du 18-01-2013

justice-balance-120.jpg
Le Touquet
 Pierre et Vacances
25 ans après...

canard-23-01-2013-pvacances-165.jpg


Empreinte écologique
Visites

 1450974 visiteurs

 4 visiteurs en ligne

Atlas des coccinelles - Portrait de la coccinelle de la Bryone

La Bryone dioïque, la Coccinelle du melon et ...
l’apprenti entomologiste dans le Pas de Calais…


Par Mariette Vanbrugghe et David Facon
D'après la lettre du GDEAM N° 22
Photo Mélanie Blineau

 Epilachna-Argus-M-Blineau-600red.JPG


Il est une coccinelle, Henosepilachna argus (Geoffroy 1762), plus communément nommée Coccinelle du melon, que l’on ne peut rencontrer dans le Pas de Calais que sur une seule espèce de plante spontanée, la Bryone, car son régime alimentaire est tellement restrictif qu’il se limite à une seule famille de plantes, celle des Cucurbitacées !

Pourquoi alors, l’appeler «Coccinelle du melon» ? Parce que les Cucurbitacées ne vous sont pas étrangères, cher entomologiste, et qu’elles vous régalent de leurs fruits : melon, concombre, courgette, potiron, cornichon. Eh oui ces derniers sont bien des fruits puisque ce sont des organes qui contiennent des graines !


La Bryone dioïque

Quelle est donc cette unique espèce de Cucurbitacée, spontanée dans notre région, susceptible de régaler notre Coccinelle du melon demanderez-vous ? C’est la Bryone dioïque. Vous aurez compris qu’il va nous falloir reconnaître et chercher la Bryone pour avoir une chance de rencontrer ailleurs que dans les potagers notre petite Henosepilachna argus, ce joli coléoptère de 6 à 7 mm, rouge orangé, y compris au niveau des pattes, orné de 11 points noirs, actif dès le mois de mars.

Mais où chercher la Bryone dans le Pas de Calais ? Mieux vaudrait chercher une aiguille dans une botte de foin, rétorquerez-vous ! Sachez d’abord que ce n’est pas une rareté ! Elle est commune dans la région Nord-Pas de Calais, on la rencontre au niveau des lisières forestières, des jardins, des friches herbacées, des haies, dans les dunes même. En effet cette espèce a deux caractéristiques importantes : elles est héliophile, c’est à dire qu’elle aime la lumière et elle est nitrophile : elle apprécie les milieux riches en nitrates. La conjonction de ces deux préférences explique, par exemple, sa présence dans les haies souvent enrichies, dans les lisières forestières, les lieux fréquentés par l’homme, plutôt qu’à l’intérieur des boisements où la lumière n’est pas suffisante, en particulier.

Puis-je passer à côté d’une Bryone sans la voir vous demandez-vous ? Soyez rassuré, elle ne peut pas vous échapper. Apprenez que c’est une liane, c’est à dire une plante grimpante qui utilise un support pour s’élever au-dessus du sol, comme le fait le Lierre. Elle peut donc monter à l’assaut des arbustes d’une haie, par exemple, et atteindre 4 m de haut ! .
Un botaniste célèbre, l’Abbé Coste (1858-1924) qui a réalisé la Flore illustrée de France lui a tiré le portrait reproduit ci-dessous.
bryone.jpg

Ses grandes feuilles découpées, lobées, et ses vrilles en tire-bouchon qui s’entortillent autour du support font penser à celles de la vigne, une autre liane ! D’ailleurs, un petit détour par le dictionnaire Le Robert vous apprendrait que le nom de la Bryone a pour origine le grec bruônia, «vigne blanche». Pas étonnant, ajouterez-vous !
Mais au fait Bryone…. dioïque, vous avez dit …dioïque ? C’est clair comme du jus de …Bryone…. De la feuille de vigne au sexe, il n’y qu’un pas, il va falloir le franchir ! Bisexuées, dans leur majorité, plus de 90% des cas, les plantes à fleurs sont bisexuées : chaque pied possède à la fois des organes mâles, les étamines, et des organes femelles, les pistils. Le scientifique parle de monoécie, d’espèces monoïques.
Parmi les plantes à fleurs qui nous sont familières, certaines sont au contraire dioiques, comme la Bryone qui nous occupe, c’est à dire que chaque pied, chaque individu si vous préférez, est unisexué. Comme vous et moi. C’est le cas de l’Ortie dioïque, du Houx. Il y a donc des pieds femelles, ou des individus femelles, et des pieds mâles, ou des individus mâles, pour ces espèces. La dioécie est suffisamment rare pour que le nom de l’espèce en fasse parfois mention comme c’est le cas pour cette Bryone ou pour l’Ortie dioïque.

La floraison de la Bryone a lieu de juin à août. La corolle, constituée de 5 pétales, est vert jaunâtre. Les pieds mâles ont donc, dans leurs fleurs mâles, des étamines au nombre de 3 (en fait 5 dont 4 groupées 2 à 2) ; celles-ci sont terminées par des anthères jaune orangé. Les pieds femelles ont des fruits verts puis rouge vif à maturité, des baies, petites boules de 5 à 8 mm de diamètre qui se développent sous la corolle des fleurs femelles. Pour être tout à fait objectif, force est de reconnaître que les fleurs mâles sont 2 à 3 fois plus grandes que les fleurs femelles…En revanche, la pilosité, voire l’hirsutisme, (autre caractéristique de cette espèce), de la bryone femelle n’a rien à envier à celle de la bryone mâle !
Des pieds mâles, des pieds femelles…comment le pollen des fleurs mâles parvient-il sur le pistil des fleurs femelles ? Merci, les insectes ! La Bryone est une espèce mellifère, exploitable par les abeilles en particulier, qui en se déplaçant de fleurs en fleurs peuvent assurer sa pollinisation. Merci la Bryone !

Bryone dioïque donc, soit Bryonia dioica Jacq. , 1774 pour ce qui est de son nom scientifique. Il faut comprendre par là que c’est le botaniste néerlandais –et baron– Nikolaus Joseph Freiherr von Jacquin *, excusez du peu, qui en 1774 a donné son nom à l’espèce !
Pour la Coccinelle du melon, Henosepilachna argus (Geoffroy 1762), c’est le Français Etienne Louis Geoffroy*, pharmacien de son état, et entomologiste, par passion, qui l’a décrite le premier

Mais revenons à notre «jus de bryone». Ce serait une très mauvaise idée que de faire comme notre amie, Henosepilachna argus, qui consomme la Bryone. Tout ce qui est bon pour elle ne l’est pas pour nous. Effectivement, pour l’Homme - et la femme, faut-il le préciser ? - , tout dans la Bryone est hautement toxique. Cette particularité lui vaut aussi le nom de «navet du diable» par référence à son appareil souterrain volumineux et à sa dangerosité. Notez toutefois que la Bryone, qui a déjà le grand mérite d’être mellifère et de nourrir notre petite coccinelle à 11 points, a par ailleurs des vertus médicinales qui en font un constituant de l’homéoplasmine, pommade utilisée pour apaiser les irritations de la peau et des muqueuses, suite aux piqûres d’insectes, en particulier.



La coccinelle de la Bryone

Quant à notre Coccinelle de la Bryone, elle mérite doublement son surnom méridional de Coccinelle du melon. En effet, non contente de se sustenter là-bas sur une plante dont nous apprécions nous-mêmes les fruits lors des chaudes journées d’été, elle en arbore la coloration générale : Epilachna argus est « orange melon » (bien mûr) de la tête aux pattes, avec juste 11 points noirs sur les élytres .
Avec ses 6 à 8 mm de longueur, elle est aussi grosse que la Coccinelle à 7 points Coccinella septempunctata mais, à la différence de la plupart des autres « grandes » coccinelles, elle est couverte d’une pilosité rase et dense, visible à la loupe, qui lui donne un aspect mat inhabituel pour une coccinelle de cette taille .

Toxique pour l’homme, la Bryone ne semble pas poser de problèmes à notre coccinelle. Il est vrai que la racine et les baies sont les parties les plus vénéneuses, alors que la coccinelle consommerait plutôt le feuillage. D’après nos observations, les vrilles semblent aussi à son goût.

Dans la Manche, Epilachna argus semblait avoir une distribution essentiellement littorale, mais les entomologistes belges l’ont découverte aussi à l’est du pays (Brabant wallon et province de Liège). Il n’est donc pas exclu qu’elle soit présente dans l’intérieur des terres chez nous, même si la plupart des mentions dont nous disposons concernent le littoral.

Un régime alimentaire très strict, une livrée invariable en couleurs comme en motifs, une taille plus importante que la moyenne des coccinelles de nos régions : Epilachna argus cumule les avantages pour faciliter son identification par tout naturaliste débutant en coccinelles. Il faut la rechercher sur la Bryone ou à proximité, sur d’autres plantes (notamment l’ortie).
Pas de crainte à avoir pour vos récoltes de citrouilles ou de courgettes car elle ne semble pas goûter les plantes cultivées dans nos régions. Dans la Manche, elle a été vue une seule fois sur un pied de cornichons. Toutefois, il serait intéressant d’inspecter vos potagers pour la rechercher : toute observation d’Epilachna argus sur d’autres Cucurbitacées serait un renseignement précieux.

Vous l’avez compris, nous comptons maintenant sur vous pour chercher la Bryone et sa coccinelle dans vos jardins ou lors de vos ballades dans la nature. Pour nous informer de vos découvertes, il suffit de nous donner la date et le lieu de l’observation (commune et, si possible, lieu-dit), la plante sur laquelle la coccinelle a été vue (sur ou à proximité de la bryone) et le nombre de spécimens. L’atlas concerne le Pas-de-Calais, mais les données du Nord sont aussi bienvenues. Et maintenant, à vous de jouer…


Date de création : 17/08/2008 @ 19:55
Dernière modification : 28/08/2008 @ 19:55
Catégorie : Atlas des coccinelles
Page lue 5880 fois


Prévisualiser la page Prévisualiser la page     Imprimer la page Imprimer la page

 
Réactions à cet article


Réaction n°6 

par jackez le 15/05/2015 @ 12:07

Le lien vers la photo :
https://flic.kr/p/sM8EXT


Réaction n°5 

par jackez le 15/05/2015 @ 11:56

Bonjour, merci pour cet article, il y a plusieurs coccinelles Henosepilachna argus chez moi en Côtes d'Armor, ci-dessous une photo :

<a href="https://www.flickr.com/photos/jackez2010/17576015145" title="Coccinelles (Henosepilachna argus)_DSC3180_DxO by jackez2010, sur Flickr"><img src="https://c2.staticflickr.com/8/7661/17576015145_604ed464b2_n.jpg" width="320" height="213" alt="Coccinelles (Henosepilachna argus)_DSC3180_DxO"></a>


Réaction n°4 

par GDEAM62 le 03/07/2014 @ 19:30

@ Gwenn & Nath

Bonjour et merci pour vos posts

Pour tout dire, il y a 2 espèces de coccinelles de ce genre dans le sud de la France. Elles se ressemblent beaucoup, alors qu’ici dans le nord nous avons seulement Henosepilachna argus.
Dans le sud, on trouvera aussi Henosepilachna elaterii qui est plus légitimement appelée là-bas Coccinelle du melon. Elle est un peu différente : il y a 12 points noirs au lieu de 11 (4 à la base au lieu de 3 chez H. argus) et ceux-ci sont en général auréolés de jaune/orange pâle. Je n'ai pas sous la main la documentation qui me permettrait d'assurer qu'elle remonte jusqu'en région parisienne mais ce n'est pas impossible.
http://www.galerie-insecte.org/galerie/henosepilachna_elaterii.html

Cela dit, il est vain de les déplacer – ni l’une ni l’autre - sur des plantes infestées de pucerons car elles sont strictement végétariennes et reviendront toujours sur des plantes qui leur conviennent.
Elles ne mangent que des Cucurbitacées. Henosepilachna elaterii peut consommer une assez large variété de cucurbitacées mais la coccinelle de la bryone H. argus est, au moins chez nous dans le nord, toujours trouvée sur la seule Bryone dioïque. Je n’en ai jamais vu sur une autre cucurbitacée.

Sur le plan de la toxicité, les coccinelles émettent en général une sorte de liquide jaunâtre à l’odeur âcre lorsqu’elles se sentent menacées. Si un enfant s’aventurait à en mettre une à la bouche, il aurait vite fait de la recracher. Pas d’inquiétude à avoir de ce côté à mon avis.

Certaines autres coccinelles seront tout aussi inutiles à déplacer sur des plantes infestées de pucerons car elles se nourrissent essentiellement de champignons microscopiques. C’est le cas de la petite coccinelle jaune citron avec de nombreux points noirs que l’on voit souvent dans les jardins (notamment quand vous avez des plantes infestées de ce qu’on appelle la « pourriture blanche »).
http://denbourge.free.fr/Insectes_coleoptera_coccinellidae_Psyllobora_vigintiduopunctata.htm



Réaction n°3 

par nath le 10/06/2014 @ 21:56

Bonjour,

je viens de trouver 3 spécimens de cette coccinelle toute "orange" sur le la bryone dans le 91 (Essonnes), vu que je cherche des coccinelles pour les pucerons je vais les relâcher sur la bryone en bas de chez moi, merci pour cette article car j'ai appris que cette variété de coccinelle ne manger pas d'insectes.



Réaction n°2 

par gwenn le 27/04/2014 @ 19:41

Bonjour,
En cherchant des coccinelles classiques pour mettre sur mes rosiers, je suis tombée sur un très grand nombre de cette coccinelle , et c'est en cherchant cette espèce sur internet que j'ai trouvé votre site.
Vous dire que c'est dans le sud, près de Perpignan, une bonne centaine.
J'ai cru bien faire en les mettant sur les rosiers, mais je les ai retrouvé sur les plans de courgettes, donc j'ai vite fait de les ramasser et de les remettre à leur endroit.
Voilà, mais je n'ai pas trouvé si elles étaient toxiques ou non, car mes petits enfants adorent ramasser les coccinelles
Espère avoir des nouvelles.
Merci
Gwenn


Réaction n°1 

par prunelle le 05/09/2008 @ 15:40

Pas étonnant que nous ne la voyons pas sur nos courgettes et nos cornichons...avec le temps qu' il fait..,la bryone est fleurie en mai (?)  et nos courges.. en juillet !comme elle aime les choses tendres ,notre" coccinelle melon " a eu le temps de descendre dans le sud  se régaler , non ! ?


 
Recherche




Agenda sorties actualité...

L'association
+ 1 Présentation
+ 2 Contacter l'association
+ 3 Devenir membre
+ 4 Publications, brochures...
+ 5 Services aux adhérents
+ 6 Rapports antérieurs
+ 7 Rapports 2007 AG 2008
+ 8 Rapports statutaires 2008
+ 9 Rapports statutaires 2009
+ Ils soutiennent le GDEAM
+ Archives presse
Boîte à outils Protection
Thématiques
+ Activités bénévoles
+ Actualités archivées
+ Animations-Chantiers
+ Animations-Scolaires
+ Animations-Sorties
 -  Atlas des coccinelles
+ Atlas des papillons de nuit
+ Chasse
+ Côte
+ Déchets-décharges
+ Etudes
+ Expo Arbres remarquables
+ Expo papillons de nuit
+ Faune
+ Flore-Végétation
+ Fonge
+ Haies
+ Hommages
+ Inondations
+ Jardin : bonnes pratiques
+ Juridique
+ Manifestations
+ OGM
+ PLU
+ Paysages - Sites
+ Pesticides
+ Plastique
+ Pollution lumineuse
+ Protection
+ Réserve Naturelle de BdC
+ Stages
+ Travailler dans l'environnement
Enquêtes publiques
Chardons de l'environnement
Webmaster - Infos
Ecrire à GDEAM-62  Webmestre
Ajouter aux favoris  Favoris
Recommander ce site à un ami  Recommander
Version mobile   Version mobile

  pied-page-canche.jpg

GuppY - http://www.freeguppy.org/    Site créé avec GuppY v4.5.18 © 2004-2005 - Licence Libre CeCILL

Document généré en 1.48 secondes